Symfony2, c’est plus du tout magique.

Symfony 1.X, c’était magique !

À la base, j’aimais pas trop le PHP. Outre le fait que c’est un langage que je n’ai jamais apprécié,  que se soit à cause de sa lourdeur générale que de sa syntaxe permissive (yes, tu fais n’importes quoi, tu as n’importes quoi !), créer un site web était pour moi une vraie plaie. Il fallait tout le temps vérifier les données, rajouter des filtres pour empêcher les injections de codes, toujours réécrire les mêmes bout de code à chaque fois…

Et puis j’ai découvert… Symfony !

Et là, le plaisir : on crée son schéma de BDD, symfony doctrine:build-all… Et c’est fini.

Symfony créait tout seul les modules CRUD, l’admin, les forms, les filters, la connexion à la base est sécurisée, symfony et doctrine s’occupaient de tout.

Certes, tout n’était pas parfait. Il restait notamment deux lacunes très contraignantes pour moi : l’impossibilité de surcharger un plugin avec un autre plugin, et le fait que Symfony1.X ne gérait pas l’imbrication de formulaires multiples.

  Symfony2 : la chute

Avec une base de travail aussi excellente que Symfony1.X, on aurait pu s’attendre à un framework inégalable. Symfony2 aurait pu être le paradis des développeurs web !

Hélas, Sensio a fait un autre choix : repartir de 0.

Adieu le fameux « schema.yml ». Adieu la génération des modèles, des formulaires, des filtres. Adieu l’admin-générator.

Bref, avec l’intention, certes louable, de vouloir apporter des pratiques de développement encore meilleures que chez son grand frère, on a vu disparaitre tout ce qui faisait la puissance de ce dernier.

Alors oui, c’est plus performant. Oui, le code est plus propre… mais le plaisir n’est plus là.

La première chose qui frappe, c’est la documentation. Alors que Symfony1 présentait une documentation exemplaire, traduite dans les langues majeures, toujours à jour, avec un tutoriel retraçant la création d’une application en conditions réelles de A à Z en 24 jours, Symfony2 ne propose plus qu’une documentation succincte, uniquement en anglais, et pas toujours à jours puisque le framework évolue en permanence.

La seconde chose qui frappe est donc la disparition du fameux fichier schema.yml. La nouvelle politique est qu’il faut créer soit-même les entités (qui correspondent à des tables de la base de donnée, par exemple l’entité « user » correspond à la table « user »). Chaque entité est un fichier php et Symfony les gère via un système d’annotation:

/**
 * @ORM\Column(type="string", length=255)
 *
 * @Assert\NotBlank(message="Please enter your firstname.", groups={"Registration", "Profile"})
 * @Assert\MinLength(limit="3", message="The name is too short.", groups={"Registration", "Profile"})
 * @Assert\MaxLength(limit="255", message="The name is too long.", groups={"Registration", "Profile"})
 */
protected $firstname;

Je suis peut-être vieux-jeu, mais pour moi, les commentaires sont fait pour « commenter », ils sont destinés à la documentation. D’ailleurs vous remarquerez très vite que votre IDE est inutile puisqu’il ne reconnait pas les annotations…

Bref, tout est sur ce modèle du « do it yourself ». Tu veux le formulaire de ton entité ? fais le toi même. Tu veux le contrôleur, idem.

Les commandes proposées par Symfony2 se contentent du minimum syndicale.

Toutefois, tout n’est pas noir, ça reste un bon framework sur le papier, notamment grâce aux nombreux bundles disponibles, comme le fameux FOSUserBundle qui propose un système très complet et complètement paramétrable pour gérer les utilisateurs. De plus, il est maintenant très facile de surcharger un bundle avec un autre bundle. Enfin il semble que les formulaires imbriqués soit théoriquement bien gérés (quoi que chez moi, sur la version 2.1 en pre-release, c’est loin d’être le cas :p).

Conclusion

Symfony2 a deux problèmes majeurs à mes yeux : premièrement il perd son côté « magique ». Et du coup tout son intérêt. Certes, on gagne en performance, on gagne en propreté, mais on continue d’utiliser PHP. Hors, PHP reste (et restera probablement encore longtemps) un langage médiocre. En perdant sa magie, Symfony a du coup perdu tout son intérêt en face des frameworks réellement performants comme Play! (Java/Scala), Django (Python) ou Ruby On Rail (dois-je préciser ?) qui, avec une logique similaire, resteront toujours incomparablement plus performants.

Deuxièmement, Symfony2 a été relâché beaucoup trop tôt. Encore aujourd’hui, les formulaires, qui sont sûrement le composant majeur de Symfony sont en constante évolution. Certes, j’utilise la pre-release, mais cela me permet de constater l’évolution constante de ce framework qui est loin d’être abouti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.